Un Républicain espagnol en Vendée

La Vendée, son Histoire, donnent un reflet des forces vives qui l’habitent. Ces gens d’ici, qui ne connaissaient que la glèbe comme unique horizon, ont ourdi une trame incrustée au plus profond des sillons qu’ils labourent.  Les temps contemporains ont activé son entrée dans l’existence du progrès. Et ce département de tradition a ouvert ses frontières à moult expatriés. Ainsi, en 1939, on vit plus de 80 000 Ardennais débarquer en Vendée, au plus loin des tumultes guerriers de chez eux. De manière plus isolée, des Républicains espagnols ont entrepris ce chemin vers la Vendée. En 1939, la guerre perdue face au Franquisme armé par l’Allemagne d’Hitler. Ils vont être plus de 450.000 à franchir la frontière français, non loin de Perpignan. Ici, chez les Vendéens, beaucoup d’entre eux vont s’intégrer à la vie locale et y faire souches. Parfois les habitants les dénommaient les Espingoins, une basse moquerie … À partir de cet exode, j’ai écrit ce roman à la progression littéraire régulée par le rythme contenu de ce Terroir “Bocain”, silencieux, discret, mais laborieux…

À travers des personnages fictifs, cet ouvrage offre un regard  sur une rencontre fortuite en lien avec cet exil espagnol précité. En ces temps difficiles d’après la guerre 1939-45, la venue d’un Républicain espagnol dans le canton de Palluau ranime des débats à propos de l’insurrection des paysans vendéens en 1793. Si sa liaison – puis son union – avec une jeune femme du cru inquiète, elle va aussi accélèrer la volonté d’émancipation qui se propage avec toute l’aventure de la motorisation agricole, du confort ménager nouveau, de l’électricité tentaculaire, du développement de l’automobile…

Cela suffira-t-il pour subsister ici ?

22 en stock

Avis des lecteurs

Aucun commentaire actuellement

Soyez le premier à laisser un avis